samedi 29 août 2015

Anna Karénine - Critique

Cet été, j'ai été assez fière d'aller jusqu'au bout de la liste de lecture que je m'étais fixée pour ces deux mois. Le livre qui m'aura pris le plus de temps était, incontestablement, Anna Karénine.



Ce pavé de 800 pages, publié au dix-neuvième siècle par Léon Tolstoï, ne m'a jamais semblé plus moderne qu'aujourd'hui.

Anna Karénine aborde différents sujets. Le couple, certes. D'abord, celui dont l'amour est pur, et autorisé, puis, celui dont l'amour est interdit par la morale et la religion, et donc maudit. A travers ces deux couples, tout un éventail de sentiments, de doutes et d'émotions nous attend. Tolstoï m'a littéralement bluffée en réussissant à exprimer des sentiments sur lesquels je n'avais jamais réussi à mettre de mots. Cependant, nous pouvons nous interroger sur l'opinion de Tolstoï quant à ces couples. Pensait-il que l'un était plus légitime que l'autre ? Condamnait-il l'amour d'Anna et Vronsky, car il allait à l'encontre de la morale de l'époque et baffouait le sacrement du mariage ?  On peut le penser.

Certains passages du roman étaient particulièrement longs et rendaient la lecture laborieuse. Le descriptif extrêmement long de la condition paysanne en Russie, bien que nécessaire à la compréhension de la philosophie du personnage de Lévine, était peu passionnante, bien qu'instructive. Le long passage sur les élections, quant à lui, m'a plus endormi qu'autre chose. Il faut cependant bien reconnaître à Tolstoï la capacité à créer tout un univers autour de sa trame principale et à l'inscrire dans la Russie de son époque.



Après avoir lu Anna Karénine, j'ai décidé de regarder à nouveau le film de Joe Wright, sorti en 2012 avec Keira Knightley. Quand je l'avais vu à sa sortie, il m'avait fallu du temps pour bien tout comprendre, tant les personnages étaient nombreux. Maintenant, je me rends compte que ce film n'était rien d'autre qu'un résumé (esthétiquement et musicalement parfait) du livre, et pas une oeuvre à part entière.

Je vous conseille donc de lire ce roman, vraiment, puis de regarder le film. Je pense que la combinaison des deux rend l'histoire encore plus intemporelle.

J'espère avoir réussi à vous convaincre de sauter le pas et de vous plonger dans cette tragédie russe.

1 commentaire:

  1. Je suis d'accord, certains passages sont un peu pénibles à lire ! Moi pour ma part, j'ai aimé découvrir les codes de la société russe (tu imagines, parler anglais le lundi, français le mardi, russe le mercredi...) ainsi que les idées politiques de Levin.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...