mercredi 10 juin 2015

Sense8: un ovni, une perle

Avec les fins de saison de mes séries préférées, un petit espace s'est libéré dans mon emploi du temps, espace que j'ai décidé de dédier, le temps de 12 épisodes, à la dernière née de Netflix: Sense8.


L'histoire: A travers le monde, huit personnes se retrouvent, du jour au lendemain, "connectées" les unes aux autres. Elles peuvent entendre ce que l'autre entend, ressentir ce qu'il ressent, voir ce qu'il voit, mais également s'approprier les connaissances et les talents de l'autre, de façon ponctuelle. Seulement, bien qu'ils ne réalisent pas tous ce qui leur arrive, des forces se mettent en marche pour les détruire.

A première vue, quand la bande-annonce est sortie, je n'étais pas du tout tentée. Malgré la présence de Naveen Andrews au casting (qui m'avait tant manqué depuis Lost), l'histoire avait l'air trop compliquée, trop chaotique, trop tirée par les cheveux... Mais, depuis la sortie des épisodes samedi, je n'ai fait qu'en entendre du bien, notamment sur Tumblr. Alors, j'ai décidé de me lancer, à raison de quelques épisodes par jours, pour me décompresser quand mon mémoire me faisait saturer. Et je n'ai pas du tout regretté.

Sense8, c'est d'abord des personnages attachants et différents de ceux que l'on voit d'ordinaire représentés dans la fiction (et pour ça, Netflix est depuis longtemps un véritable visionnaire). La communauté LGBT+ a été ravie de voir arriver sur les écrans une jeune femme transsexuelle et un latin-lover homosexuel, sans qu'aucun cliché ne soit amené, sans non plus en faire des modèles. C'était aussi rafraîchissant que quand la merveilleuse Laverne Cox est apparue dans Orange is the New Black.

Et malgré la violence de certaines scènes (des mains découpées, des bains de sang, et j'en passe) il se dégage de cette série une véritable poésie. Les paysages sont à couper le souffle, des montagnes de l'Islande au sable du Kenya. Un soin tout particulier à également été apporté à la musique, qui connecte nos huit protagonistes entre eux, mais qui nous connecte également à leur histoire, leur passé, leurs émotions. Le titre Sense8 n'a donc pas été choisi pour rien, nos sens sont mobilisés: l'ouïe, la vue, mais également parfois l'odorat ou le goût, tant ils jouent un rôle important dans la connexion entre "le cluster".

Une petite dose d'humour est également présente, distillée avec soin dans les épisodes (mention spéciale à la scène ou Lito, connecté à Sun, ressent les même douleurs que celle-ci lors de ses règles, et croit qu'il développe une tumeur, tant il est terrassé par la souffrance), et il en ressort une joie de vivre incroyable, la possibilité de croire en l'espoir, en la vie, en plus, sans jamais tombé dans le pathos. Un vrai bonheur

J'émets quand même deux petites critiques. Les personnages, venant de partout dans le monde, parlent tous en anglais, même quand ils parlent avec leur famille ou leurs amis. Moi qui suis une fan de la V.O, j'étais déçue de voir un tel choix. Peut-être que la production avait peur que les spectateurs américains ne se lassent d'entendre le swahili ou l'islandais. Cela n'avait pas vraiment de sens pour moi, et m'a laissé un goût un peu amer. Ensuite, même si j'ai trouvé le scénario irréprochable, l'utilisation systématique de cliffhanger (comprenez: de scène au suspens insoutenable, dont la résolution arrivera à l'épisode suivant) à la fin de chaque épisode est un peu facile. Certes, cela rend la série encore plus addictive et nous laisse collé à notre siège, mais d'autres séries utilisent les cliffhangers avec parcimonie et cela ne nous empêche pas de vouloir à tout prix voir la suite.

Globalement, cette série a été une très belle découverte, et je ne regrette pas, comme d'habitude, d'avoir mis ma première impression de côté pour 12 épisodes de pur bonheur.

Et vous? L'avez vous regardée? Comptez-vous le faire?

N'hésitez pas à me rejoindre sur Bétaséries afin de partager avec moi vos impressions et vos coups de coeur.

3 commentaires:

  1. Suivant votre commentaire, j'ai regardé la saison 1. Je suis beaucoup plus mitigé que vous. C'est de la pure propagande LGBT et NWO, avec toutes les combinaisons des sexes, des personnes issues de partout (asiatique, noire, indienne, islandaise etc). Le message est vraiment trop lourd. L'intrigue est intéressante, ça se tient, mais il y a beaucoup de moments vraiment gnan-gnan, soporifiques. J'ai failli arrêter plusieurs fois. Ce qui m'a retenu, c'est qu'il y a de bons moments, les acteurs sont bons, l'image aussi, de mon point de vue. Au final, je ne la recommande que pour ceux qui n'ont rien de mieux à regarder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourrais-je vous demander en quoi deux personnages principaux homosexuels sur huit constituent une propagande? Et pouvez-vous me définir exactement ce qu'est une propagande gay, et à quoi elle servirait ? Convertir les hétérosexuels? Quant au fait que les personnages viennent de partout, il aurait été une nouvelle fois extrêmement agaçant que tous ces personnages, comme par hasard, résident aux Etats-Unis. Un peu comme quand les extraterrestres envahissent la Terre -enfin non, que les Etats-Unis !

      Supprimer
  2. L'acteur et son pote Hernando, ça fait deux, le transexuel et sa copine ça fait quatre. Le policier a eu une expérience gay. Par ailleurs il n'y a pas de famille ou presque dans la série. Le policier n'a pas de mère, la coréenne non plus (décédée au début), l'islandaise non plus, l'africain n'a pas de père, et c'est de plus un enfant recueilli d'une autre tribu, le transsexuel a une mère abusive et pas de père, l'allemand un père abusif et pas de mère, l'acteur mexicain n'a pas de parents visibles (de mémoire). L'indienne, éduquée, a une famille, mais coercitive, qui la pousse à un mariage de raison. Bref, nous voyons des individus trouvant chaleur humaine et soutien dans un groupe qui n'est ni défini par le sexe ni l'origine géographique ou culturelle. C'est exactement la vision soviétique de l'individu, ou NWO actuellement si vous voulez. Là dedans les LGBT sont les idiots utiles de service. C'est tellement lourd que c'est à mon sens un message de propagande.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...